Rencontre avec Michel Miné le 26 janvier 2017 à 18 h

La Commission Islam et Laïcité recevra Michel Miné
Professeur de droit du travail
Chaire Droit du travail et droits de la personne
Membre du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes qui interviendra  sur le thème des discriminations pour des motifs religieux dans le domaine du travail :

le jeudi 26 janvier 2017 de 18 à 20 h
À la LDH
138, rue Marcadet – 74018 Paris
M° Lamarck Caulaincourt

Dernier livre paru : Droit des discriminations dans l’emploi et le travail, 2016, Éditions Larcier (coll. Paradigme)

Lire aussi l’article de l’AFDT* sur AFDT-Le-fait-religieux-au-travail-groupe-AFDT

* : Fondée au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Association française de droit du travail et de la sécurité sociale (AFDTSS) offre un cadre d’échanges et de travaux en commun à tous ceux qui se vouent à l’étude et à la pratique du droit du travail et du droit de la sécurité sociale.

 

 

 

Enregistrer

Posté dans , | | Répondre

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : Vidéos du meeting du 18 décembre 2016

Vous trouverez ci-dessous les vidéos des 1ère et 2ème partie du meeting du 18 décembre à la Bourse du travail de Saint-Denis :  « Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle »

 

Jean Courtaudière (prêtre à St Denis et membre du service national des relations avec les Musulmans auprès de la conférence des Evêques de France,
https://youtu.be/9bpwL7DeK-Y

Geneviève Garrigos (Amnesty International),
https://youtu.be/d8sFjk0NAhQ

Christine Delphy (collectif anti-guerre),
https://youtu.be/JJRJ4WcIxtQ

Stathis Kouvélakis (universitaire),
https://youtu.be/KGkUjvBOP94

Madjid Messaoudene, Citoyen et élu bien à gauche de Saint-Denis
https://youtu.be/01ry8iEzuO0

Lila Charef (CCIF),
https://youtu.be/HXN4Tdhc6Ww

M. Gomès (victime de l’État d’urgence),
https://youtu.be/I8ZSFbUsdEU

Mathieu Lopes (Survie).
https://youtu.be/LSqbgjJ76Y8

Alain Gresh (Orient XXI),
https://youtu.be/mdzXV1oneYU

Posté dans | | Répondre

« Djihadistes » – Roland Laffitte dans Orient XXI

« Djihadistes »

Lorsque la presse européenne rend compte du discours du 20 août 2016 prononcé par le roi du Maroc, elle met le mot « djihadistes » dans la bouche du souverain lorsque celui-ci parle de « terroristes invoquant l’islam » (irhābiyyin bi-ism al-islam)1. Quoi qu’on pense de l’autorité de Mohammed VI en matière de droit islamique, il ne fait que rappeler l’opinion de l’immense majorité des oulémas, à savoir que l’appel au djihad n’est licite que pour des « nécessités défensives » (dhurūr difaᶜiyya) ) de la communauté des croyants dûment validées. De son côté, l’historien Georges Corm écrivait récemment : « Parler de “jihad” dans le cas des opérations terroristes est une aberration »2. Ainsi, tant du point de vue religieux que du point de vue politique, en se souvenant que le djihad fut invoqué dans les guerres de résistance anticoloniales, tant en Syrie et au Liban qu’au Maghreb, le terme de « djihadistes » par lequel la presse française désigne les gens d’Al-Qaida et de l’organisation de l’État islamique (OEI) ne peut que faire sursauter un Arabe, musulman ou pas.

Certes, ces deux organisations se revendiquent elles-mêmes d’al-salafiyyat al-jihādiyya, littéralement « le salafisme djihadiste », ce n’est toutefois pas une raison pour parer leurs crimes du prestige que possède la notion de jihād dans les cultures arabes et musulmanes. Aussi est-il plus convenable de parler de « prétendus djihadistes », de « pseudo-djihadistes », ou encore de « djihadistes entre guillemets ». Reste à savoir qui sont ces « djihadistes ».

Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre

Communiqué de la Commission Islam et Laïcité du 25/11/2016

Notre camarade Abdelaziz Chaambi, président du CRI et membre du bureau de notre association, doit comparaître le 15 février 2017 devant le tribunal correctionnel à la suite d’une plainte déposée contre lui par le Conseil Général de l’Isère qui l’accuse d’avoir « par paroles de nature à porter atteinte à la dignité ou au respect dû à leur fonction, outragé les personnes employées par le département de l’Isère », alors qu’il n‘avait fait, avec le CRI, que protester, en février 2015, contre le placement des enfants d’une famille accusée de « radicalisation ». « Islam et Laïcité » s’élève avec fermeté contre cette accusation, qui vise à intimider les militants qui défendent les personnes contre les abus et dérives des procédures engagées contre elles. Elle demande solennellement au Conseil Général de l’Isère de reconsidérer les faits de manière impartiale et de retirer sa plainte. Nous appelons tous les militants et toutes les associations soucieux de justice et de solidarité à soutenir notre camarade et à lui apporter toute l’aide dont il aura besoin.

Si vous souhaitez soutenir Abdelaziz Chaambi et exiger le retrait de cette plainte  vous pouvez écrire au Président du Département de l’Isère : president.secretariat@isere.fr    ou bien jpbarbier.depute@orange.fr ou appeler le 04 76 00 38 38 ou 04 37 03 14 13

Posté dans , | | Répondre

« Islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » : meeting à Saint-Denis le 18 décembre

http://contre-attaques.org/l-oeil-de/article/islamophobie-357
Plusieurs associations appellent à une journée contre l’islamophobie et la xénophobie le dimanche 18 décembre à la bourse du travail de Saint-Denis. Nous publions ici leur appel.

La séquence des attentats criminels de Daesh et la mise en place de l’état d’urgence, loin de répondre efficacement aux objectifs affichés contre le terrorisme, facilitent la répression des mouvements sociaux, la radicalisation des pratiques et discours islamophobes et une logique de guerre interne et externe aux conséquences désastreuses.

Après un été marqué par une offensive contre les musulmans, une polémique sur le burkini, la mort tragique d’Adama Traoré aux mains de la police, des ratonnades en Corse, la campagne présidentielle a bel et bien commencé. Comme toujours, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par les médias : il faudrait expulser les fichés S (présumés musulmans/coupables ?) pour les uns, interdire les symboles religieux dans le secteur privé voire dans la rue pour les autres. Chaque jour compte une nouvelle ignominie. Dans ce contexte, celles et ceux qui combattent le racisme sont stigmatisés et calomniés. Mais le spectacle présidentiel ne fait que commencer.
L’exigence d’une réponse large à la situation engendrée par le gouvernement socialiste se fait plus impérieuse que jamais, alors que l’on agite le cauchemar d’une guerre civile et que se profile la cooptation de l’extrême droite au sein du gouvernement.
C’est pourquoi nous sommes nombreux à croire à l’urgente nécessité d’une résistance collective, sous condition de justice et de dignité pour tous et toutes comme nous sommes nombreux à refuser les stratégies de tension qui opposent Français et réfugiés, Musulmans et non-musulmans, militants et société civile.

Continuez la lecture

Posté dans , | | Répondre

Discriminations dans le monde du travail

La prochaine rencontre de la Commission Islam et laïcité

Jeudi 24 novembre de 18 à 20 h

À la LDH – 138, rue Marcadet – 75018 Paris
Sophie PISK, Conseillère auprès du Défenseur des droits, interviendra su « les discriminations dans le monde du travail liées aux questions religieuses ».

Posté dans | | Répondre

Rapport moral Islam et Laïcité 2016

AG du 21 juin 2016

La conjoncture que nous connaissons, marquée par les attentats de janvier 2015 et de novembre 2015, a induit une série de raidissements et d’affolements autour de la laïcité, perçue comme menacée par ces événements, et partant une vague d’islamophobie sans précédent, véhiculée par de nombreux médias, des discours publics, des intellectuels, des groupes politiques, qui se traduit par une débauche de propositions de lois d’origines diverses, mais qui toutes vont dans le sens de restrictions apportées aux pratiques religieuses et aux affirmations identitaires religieuses, musulmanes pour l’essentiel, en méconnaissant ouvertement le sens de la loi de 1905 et les libertés religieuses fondamentales. Plus que jamais notre association est au cœur de ces enjeux, qui menacent de prendre une place considérable dans les débats de l’élection présidentielle de 2017, comme s’en inquiète dans son récent rapport le Président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco. Il nous faut en permanence rappeler que la laïcité, au sens plein du terme, signifie à la fois la neutralité de l’Etat et de la loi envers les diverses convictions religieuses, et la liberté des personnes dans leurs convictions, l’expression de celles-ci et les pratiques cultuelles de leur choix. Il nous faut combattre un certain usage des rhétoriques laïques et républicaines qui comportent un risque de dérive identitaire nationaliste comme le choix par le Front national comme par certains secteurs de la droite et aussi de la gauche le montre à l’envi. Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre

Jeudi 6 octobre

La réunion de rentrée de la Commission Islam et laïcité aura lieu :

Jeudi 6 octobre de 18h 0à 20h

à  la LDH – 138, rue Marcadet – 75018 Paris

Le programme des séminaires de la Commission aura mis en ligne ultérieurement.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information.

Posté dans | | Répondre

Accès à l’emploi et discriminations liées aux origines

Le Défenseur des droits présente les résultats de l’appel à témoignages mené au printemps

2016 sur les discriminations liées aux origines dans l’accès à l’emploi. Ces résultats illustrent

la diversité des difficultés rencontrées par les personnes d’origine étrangère et leurs

conséquences sur les parcours professionnels et personnels.

etudesresultats-acces_a_lemploi_et_discriminations_liees_aux_origines-20160919

Posté dans | | Répondre

Nice et ses musulmans : une intégration refusée ?

Par Robert Bistolfi,

Le 5 septembre 2016

 

Endeuillée par l’un des attentats les plus meurtriers liés à Daech, Nice n’a pas été choisie au hasard. La Promenade des Anglais est bien connue, son prestige est associé au soleil et à la légèreté des vacances. L’écho médiatique de l’événement ne pouvait être que mondial. On dit que l’Etat islamique en recul au Proche-Orient a ainsi voulu rappeler que sa capacité de nuisance demeurait forte. D’autres analyseront cette dimension-là de l’événement, mais pour ce qui est de la France, le choix de Nice n’a pas été anodin pour d’autres raisons. Le paravent trompeur des palmiers masque des inégalités et des frictions bien réelles. Le nombre de musulmans est aujourd’hui significatif, et ils sont visibles – légitimement – dans l’espace public. La droite extrême qui domine ici a préféré manipuler les questions identitaires plutôt que d’affronter les défis et les efforts d’une réelle intégration sociale. La réalité des tensions sociétales a fait croire aux terroristes que la situation était exploitable, que la tuerie susciterait des violences antimusulmanes en retour. Leur choix du 14 juillet a voulu de même manifester symboliquement le refus d’une communauté politique égalitaire. Le but recherché – un déchaînement des affrontements – n’a pas été atteint. Pour le moment ? On doit se féliciter des réactions dignes, de la retenue dont, en général, la ville a su faire preuve. Mais, après l’émotion, le temps du deuil doit déboucher sur celui de la réflexion. Dans la démarche d’accueil des musulmans, la société niçoise avait-t-elle su affronter à la juste hauteur les défis d’une diversité culturelle inédite ? Sauf brillantes exceptions, le personnel politique a sur ce point été défaillant. Le riche particularisme nissart (catholicisme de tradition, dialecte original…) a été utilisé dans une démarche de repli et d’exclusion concernant l’Islam. Dans l’espace urbain, on a voulu contraindre la présence musulmane, l’effacer au maximum, la maintenir dans l’espace clos et discret de la famille, à la périphérie du cœur actif de la cité. Avec un simple dépouillement de la presse, on peut suivre au fil du temps ce refus des édiles d’admettre véritablement la composante musulmane de « leur » ville, cela en lui imputant l’intégrale responsabilité de son exclusion. N’en déplaise au premier ministre qui avait affirmé qu’expliquer c’est déjà excuser, un rapprochement est inquiétant : les départs en Syrie à partir des Alpes-Maritimes ont été parmi les plus nombreux de l’Hexagone. Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre