Macron et l’état d’exception permanent : 10 décembre – Bourse du travail de St Denis

Depuis plusieurs année en décembre, des associations, syndicats et  partis politiques organisent une journée internationale contre l’islamophobie qui se déroulera cette année le dimanche 10 décembre à la bourse du travail de Saint-Denis (9/11 rue Génin, 93200 Saint-Denis – Metro Porte de Paris).
La Commission Islam et Laïcité est signataire de l’appel publié ci-dessous :
Destruction du Code du travail au pas de charge, baisse des APL, suppression des contrats aidés qui minent le fonctionnement d’institutions comme les écoles ou d’associations vitales dans les quartiers : depuis son élection le 8 mai 2017, la guerre sociale que mène Macron contre les classes populaires est sans merci. Comme l’est sa politique migratoire qui nie les droits fondamentaux des migrants, criminalise les actions de solidarité et renforce la xénophobie. Ce nouveau régime jupitérien n’est pas non plus une bonne nouvelle pour les citoyens de confession musulmane qui subissent racisme et islamophobie.

 Certes, le renvoi à leurs pénates des Le Pen, Fillon et autre Valls est un soulagement. Si le FN réalise un score de 33,9%, il est en crise. Pour l’instant. Et d’autres se chargent de faire prospérer son fonds de commerce. Les réseaux racistes et islamophobes, qui œuvraient au cœur de l’État avec Valls, se reconstituent. Depuis la rentrée, ils œuvrent tous azimuts avec une violence redoublée : pressions sur l’université pour censurer les colloques sur ces questions, cyber-harcèlement contre des associations de féministes musulmanes comme Lallab, campagnes de dénigrement et de diffamation ciblées qui tournent à la chasse à l’homme ou à la femme contre ceux qui luttent contre le racisme et l’islamophobiePrintemps républicain, bande à Valls, Comité laïcité et République, UFAL, Causeur, Le Figaro, Marianne, Valeurs actuelles, fachosphère : les campagnes coordonnées de ces réseaux hétéroclites ont un objectif, intimider pour réduire au silence les voix qui s’élèvent contre le racisme anti-musulman.

Emmanuel Macron n’a certes pas instrumentalisé ces questions pendant la campagne. Mais au-delà de la « com’ », quelle est sa politique ?

– Au nom de la lutte contre le terrorisme, le 6 juillet, l’état d’urgence est reconduit. Pour la sixième fois depuis 22 mois. Inefficace contre le terrorisme, il a visé en priorité les citoyens de confession musulmane puis s’est étendu aux manifestations du mouvement social et à ses militants. Aucun pays européen confronté à des attentats n’a pris de telles dispositions attentatoires à l’État de droit. Entre fin 2015 et fin 2016, près de 4 200 perquisitions administratives ont eu lieu. Elles ont touché dans presque tous les cas des citoyens de confession musulmane ! Moins de 1% ont débouché sur des procédures judiciaires en lien avec le terrorisme.

  • La loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme votée le 11 octobre par l’Assemblée nationale transpose dans le droit commun les principales dispositions de l’état d’urgence. Dénoncée par la totalité des organisations de la société civile concernée par ces questions, par la CNCDH, par des experts de l’ONU, cette loi remet en question l’État de droit :
  • les perquisitions renommées « visites domiciliaires », les assignations à résidence « mesures individuelles de contrôle et de surveillance » pourront être effectuées sur la base de simples soupçons ; et l’exécutif a refusé l’intervention d’un juge judiciaire ;
  • *les préfets pourront ainsi instaurer des périmètres de sécurité d’un lieu ou d’un événement qui serait soumis à un risque d’acte terroriste. Palpations, inspections des bagages, fouilles des véhicules, saisies pourront être effectuées sur ce périmètre. C’est de fait la légalisation des abus qui est inscrite dans ces dispositions, les fouilles au corps par exemple étant déjà pratiquées sur les jeunes dans les quartiers populaires ;
  • extension des contrôles d’identité massifs, jusqu’à 20 km autour des zones frontalières. Ils pourront être effectués pendant 12 heures d’affilée (6 heures jusqu’à présent), dans tous les points de passage de frontières, soit 29% du territoire et 67% de la population du pays. Quand on sait qu’un jeune Noir ou Arabe a vingt fois plus de risques d’être contrôlé qu’un autre (d’après le Défenseur des droits), cette disposition légalise de fait le contrôle au faciès. L’historien Patrick Weil dénonce « un ciblage massif de populations particulières qui a un seul précédent : le Code de l’indigénat instauré en Algérie en 1881 » ;
  • les lieux de culte pourront être fermés par le préfet si « les propos, […] les idées ou les théories qui sont diffusées ou les activités qui se déroulent, provoquent à la commission d’actes de terrorisme […] » Quelles idées ? Quelles théories ? Quelles activités ? Nul ne sait. Ce flou laisse à l’administration seule l’interprétation de cet article. Avec le risque de stigmatisation de tout signe de religiosité apparent vu comme un signe de supposée radicalisation.

Les pouvoirs exorbitants accordés à la police fragiliseront encore plus les populations des quartiers populaires qui subissent déjà la précarité économique, contrôles au faciès incessants, crimes policiers, discriminations religieuses, ségrégation territoriale. La politique de Macron renforce toutes les inégalités sociales et les discriminations raciales. Et donc les rancœurs. « Au lieu de créer du lien et de l’unité » dénonce Patrick Weil, « on crée de la division et un stigmate insensé. » Précisément ce que recherchent les organisations terroristes comme Daesh.

La gravité de la situation impose une riposte commune à cette politique dévastatrice. Le 10 décembre, venons massivement débattre et nous organiser !

1/ Organisations, associations, collectifs, syndicats, partis signataires : AFD International, Association Commission « Islam et Laïcité », ATMF, Bruxelles Panthères, CCIF, CEDETIM/IPAM, CMF, CFPE, Convergence Citoyenne Ivryenne (CCI), Femmes Plurielles, Fondation Frantz Fanon, Identité plurielle, IJAN, NPA, Oumma.com, PIR, PSM, Sortir du colonialisme, UJFP,

2/ Personnalités soutenant l’initiative : Verveine Angeli (militante syndicale), Elsa Bardeaux (Adjointe au maire Villeneuve saint Georges), Boualem Benkhelouf (Adjoint au maire d’Aubervilliers), Mohamed BEN YAKHLEF (conseiller municipal de Villeneuve Saint Georges), Alima Boumediène (Avocate), Monique Brioudes (militante associative), Fethi Chouder (Adjoint au maire d’Aubervilliers), Pierre Cours-Salies (Sociologue, Ensemble !), Christine Delphy (sociologue, féministe), Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon), François Gèze (éditeur), Alain Gresh (journaliste), Michelle Guerci (journaliste), Georges Gumpel (UJFP), Malika Hamidi (Sociologue),Pierre Khalfa (économiste), Olivier Le Cour-Grandmaison (universitaire), Monique Lellouche (militante antiraciste), Didier Lestrade, Nathalie Levallois (militante antiraciste FI), M’Baïreh Lisette (PIR), Philippe Marlière (Politiste), Gus Massiah (économiste), Madjid Messaouden, Zakia Meziani (Identités Plurielles), Sylvie Nony (chercheuse, militante associative), Ali Rahni (CMF), Jocelyne Rajnchapel-Messai (UJFP), Catherine Samary (économiste altermondialiste), Maximilien Sanchez (conseiller municipal de Gentilly.militant altermondialiste), Olivier Serpe (Le temps des cerises – Clermont Ferrand), Michèle Sibony (militante UJFP), Maboula Soumahoro (Black History Month), Catherine Stern, Françoise Vergès (politologue, militante féministe antiraciste), Héla Yousfi (universitaire), Louis Weber (éditeur),

 2/ Organisations, associations, collectifs, syndicats, partis soutenant l’initiative : Ensemble !

4ème Journée Internationale contre l’Islamophobie

Dimanche 10 Décembre 2017

Bourse du Travail de Saint-Denis

Macron ou l’état d’exception permanent

Programme

Accueil : 9H30.  

Mot d’ouverture de la Mairie de St-Denis.

1ère plénière : 10h-12h30. Animation : Alima Boumediene Thiéry (avocate)

Les lois antiterroristes sont-elles efficaces pour lutter contre le terrorisme ?

  1. a. Le phénomène djihadiste, origines, histoire, actualité.

François Burgat (politologue) – Alain Bertho (professeur d’anthropologie)

  1. Quel est l’objectif de ces législations, notamment de la loi votée le 11 octobre « pour renforcer la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ».

Hassina Mechaï /Sihem Zine (Journaliste au Middle East Eye, Londres / Présidente de l’ADM, Action Droits des Musulmans) – Houssam (La Chapelle Debout) – Lila Charef (CCIF) – Michel Tubiana (LDH) – Geneviève Garrigos (militante des droits humains)    

2ème plénière : 13h30-15h. Animation : Michelle Guerci (journaliste)

L’offensive identitaire contre les libertés publiques.

Des attaques tous azimuts : pressions sur l’université pour interdire les colloques sur la thématique de l’islamophobie, cyber-harcèlement d’associations, campagnes de dénigrement et de diffamation ciblées qui tournent à la chasse à l’homme ou à la femme contre ceux qui luttent contre le racisme antimusulman, menaces de mort.

Ludivine Bantigny (MCF – université de Rouen) – Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire – politiste) – Philippe Colin (université de Limoges) – Nacira Guenif (universitaire Paris 8) – Anaïs Florès (cercle des enseignant-e-s laïques – Sud Education 93) – Texte d’Eric Fassin (sociologue).

3ème plénière : 15h-16h30. Animation : Louisa Yousfi (journaliste)

Pourquoi veut-on réduire les militants de l’antiracisme politique au silence ?

Sihame Assbague (Contre-Attaques) – Attika Trabelsi (Lallab) – Emmeline Fagot (UJFP) – Franco Lollia (BAN) – Ismahane Chouder (PSM – CFPE) – Saïd Bouamama (FUIQP).

Ateliers : 16h45-17h30.

  1. La lutte contre les discriminations au sein de l’entreprise et l’analyse des conséquences de la Loi Travail. Animation : Commission Islam&Laïcité

Verveine Angeli (Solidaires) – René Monzat (CIL).

  1. Stigmatisation des territoires : de Saint-Denis à Molenbeek. Animation : AFD International

Madjid Messaoudène (élu de St-Denis) – Khadija Senhadji (Anthropologue – Bruxelles) – Ahmed El Khannouss (Député au Parlement bruxellois, 1er échevin à Molenbeek-St-Jean) – Message de Patrice Leclerc (Maire de Gennevilliers).

4ème plénière : 18h-19h. Perspectives.

Marwan Muhammad – Michèle Sibony (UJFP) – Omar Slaouti

Posté dans , | | Répondre

Islamophobie : pour un libre débat, contre la censure

La Commission Islam et laïcité s’associe à la LDH pour condamner la censure contre le colloque organisé par l’université Lyon 2 et intitulé « Lutter contre l’islamophobie, un enjeu d’égalité », dont nous publions ci-dessous le communiqué.
Communiqué LDH

La LDH condamne sans réserve la campagne menée par plusieurs associations qui a abouti à l’annulation d’un colloque organisé par l’université Lyon 2 et intitulé « Lutter contre l’islamophobie, un enjeu d’égalité ». Il s’inscrivait dans la suite d’une première journée d’étude, tenue en mars 2016, sans aucune difficulté, sur le thème « Islamophobie, le poids des mots, la réalité des maux ».

Au-delà des outrances et mensonges qui ont accompagné cette campagne, celle-ci constitue un acte de censure et donc une atteinte à la liberté d’expression, et, en l’espèce, de la recherche.

La LDH regrette que la présidence de l’université Lyon 2, tout en réitérant sa confiance aux organisateurs de ce colloque, ait cru devoir y céder.

Paris, le 5 octobre 2017

Islamophobie-pour-un-libre-débat-contre-la-censure

Posté dans | | Répondre

Prochaines réunion de la Commission Islam et laïcité

Vous voulez nous rencontrer ? Echanger ?

N’hésitez pas à nous retrouver lors de nos prochaines réunions :
Jeudi 19 octobre à 18h 

Mardi 21 novembre à 18h
Mardi 5 décembre  à 18h

A la LDH

138, rue Marcadet – 75018 Paris

M0 Lamarck-Caulaincourt

Posté dans | | Répondre

Jeudi 14 septembre à 18h

Reprise des activités de la Commission.

Elaboration du programme de l’année qui sera communiqué ultérieurement.

A la LDH

138, rue Marcadet – 75018 PARIS

Posté dans | | Répondre

Disparition de Philippe JESSU

Notre ami Philippe Jessu est brutalement décédé des suites de complications d’une opération chirurgicale a priori bénigne.

Pilier de notre association, dont il était depuis 2009 Président d’honneur après en avoir assumé la Présidence de 2007 à 2009, il avait continué à nous apporter un soutien précieux en acceptant depuis quelques années, la charge de trésorier.

Son engagement à Islam et laïcité, en faveur d’une laïcité bien comprise qui fasse toute sa place à l’Islam et qui permette aux musulmans de vivre selon leur propre compréhension de l’Islam, était fondé sur une conviction profonde : celle que nous sommes durablement et heureusement une société pluraliste. Sa gentillesse et sa disponibilité étaient constantes, et il savait rechercher, quand c’était nécessaire, les moyens d’un accord en ménageant la susceptibilité de chacun.

Philippe a profondément marqué de son empreinte la Commission Islam et laïcité. Il va nous manquer durablement. Nous présentons à sa compagne, Françoise Fouquet, elle aussi membre de notre commission, à ses deux filles et à ses petits enfants toutes nos condoléances.

Joël Roman, président d’Islam et laïcité.

Posté dans | | Répondre

Retrait de la « fiche S » du militant Abdelaziz CHAAMBI

Qui l’aurait cru ? Abdelaziz CHAAMBI inscrit depuis plusieurs mois, comme un vulgaire terroriste, sur le fameux fichier S, fichier administratif constitué par la DGSI regroupant les personnes soupçonnées « d’atteinte à la Sûreté de l’État ».

Quel projet totalitaire a-t-il conçu ? quel attentat a-t-il planifié ? a-t-il été condamné pour racisme ? provocation à la haine raciale ? OU POUR LIEN AVEC UNE ENTREPRISE TERRORISTE ? NON !!!

Il a tout simplement consacré sa vie, parallèlement à l’exercice de sa profession d’éducateur, au militantisme syndical, politique et enfin associatif, en faveur des populations des quartiers populaires, des minorités stigmatisées et des héritiers de l’immigration.

Il s’est impliqué, depuis 1976, dans la création et la vie de nombreuses associations et de plusieurs réseaux  parmi lesquels le MRP Basse Ardèche, l’ASTI (Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés), avec laquelle il a contribué à l’organisation de la célèbre marche pour l’égalité des droits et contre le racisme de 1983, l’Union des Jeunes Musulmans, le collectif DiverCité, , le Forum social des quartiers populaires, l’Association Les Amis de Bouazizi et la coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), dont il est président.

En 2011 il a été secrétaire général de l’Instance Régionale Indépendante pour les Elections tunisiennes et coordonnera les premières élections libres et démocratiques dans le Sud de la France.

Il est membre depuis une dizaine d’années du bureau de la Commission islam et laïcité fondée par la Ligue des Droits de l’homme,  le Monde Diplomatique et la Ligue de l’Enseignement.

L’Etat, par cette décision administrative sans aucun fondement judiciaire, entend manifestement lui faire payer cette détermination à lutter contre l’islamophobie,alors même qu’il vient d’être acquitté par la justice du chef d’outrage à fonctionnaires quand il avait défendu des enfants enlevés à leurs parents.

Toutes les protestations, les siennes et celles de son conseil, sont restées vaines.

La CNIL ayant à son tour rejeté sa demande de désinscription de ce fichier, il vient de porter l’affaire devant le Conseil D’Etat.

Par-delà sa personne et sa famille menacées dans leur  sécurité physique et leur intégrité morale par cette inscription au fichier S, laquelle est désormais assimilée par la société et les institutions à un acte d’implication dans le terrorisme, ce sont tous les militants associatifs des quartiers populaires qui sont menacés dans leurs libertés d’opinion et d’action, leur légitime combat  démocratique plus que jamais nécessaire face aux injustices et aux dérives liberticides.

 MERCI DE SIGNER ET RELAYER CETTE PÉTITION DANS VOS RÉSEAUX.

Posté dans | | Répondre

Jeudi 15 juin : La laïcité au travail

Rencontre avec Alain Dru,  représentant de la CGT

A la LDH – 138, rue Marcadet – 75018 Paris

Entrée libre

« Alors que jusqu’en 2015, il n’y avait pas de problèmatique laïcité dans les entreprises privées, les attentats ont ramené ce sujet qui s’est concrétisé dans la loi travail portée par Mme El Khomri par la possibilité de traiter de la laïcité dans le règlement intérieur des entreprises.
Après quelques conflits sur cette question à l’automne 2016, la question est remisée au rang des questions secondaire, le Medef mettant en musique les autres avantages que la loi lrut a donnés.
Cependant, cette question reste posée, elle risque de ressortir sur les questions de délégations de service public, de travail avec l’enfance ou les personnes dépendantes… Pour mémoire, l’existence de deux règles différentes entre le public et le privé reste sources de problèmes, notamment parce que l’embauche de contractuels dans le public n’est accompagnée d’aucune formation, pas plus que la présence de personnels d’entreprises privées dans les services publics.
Enfin, même si la tolérance continue de progresser en France, le racisme militant porté par la fachosphère, libère des paroles ou des actes racistes que l’on retrouve dans l’entreprise au travers des discriminations dans les progressions de carrières par exemple. »

Posté dans | | Répondre

Féminisme et intersectionnalité

Invitation à une rencontre publique

Féminisme et intersectionnalité
CFPEintersectionnalité8juin 2017
Jeudi 8 Juin 2017 à partir de 19 heures
Au CICP, 21ter rue Voltaire 75011 Paris – M° Rue des Boulets
Le Collectif des Féministes pour l’Egalité (CFPE) existe depuis 13 ans maintenant. Nous sommes
un groupe féministe en dehors du courant « dominant » suite à notre prise de position en faveur
d’une école pour toutes et contre la loi du 15 mars 2004 qui excluait de l’école publique, laïque et
républicaine, les jeunes filles musulmanes portant un foulard. Notre lecture de cette loi était et
demeure qu’elle a eu des effets à la fois racistes et sexistes, au-delà des intentions diverses de
celles et ceux qui l’ont soutenue.
Nous avons organisé en novembre 2016 une rencontre publique autour du thème « racisme et
sexisme », à présent, nous souhaitons compléter et élargir notre réflexion en croisant les systèmes
oppressifs relatifs au genre, à la classe et à la race. Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre

Communiqué : Attaques inquiétantes contre un colloque organisé dans l’académie de Créteil 

Le colloque «Penser l’intersectionnalité dans les recherches en éducation» qui vient de se dérouler, les 18 et 19 mai, dans locaux de l’ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation) de Créteil a suscité une salve, non point de critiques polémiques, mais d’attaques, demandes et démarches pressantes en vue d’interdire sa tenue : « Le prochain ministre de l’Education serait bien inspiré d’interdire ce genre de manifestation », [Jean-Paul Brighelli, La lettre de Causeur du 19 mai] ; «Nous appelons à la déprogrammation de cette manifestation inacceptable, par les autorités qui ont entre leurs mains la responsabilité d’agir pour l’empêcher.», [CNAFAL, 17 mai] ; «Aussi, nous vous demandons, Madame la Rectrice, d’user de tous vos pouvoirs pour interdire la tenue de ces journées au sein de l’ESPE de votre académie », [Comité Laïcité République, communiqué du 12 mai] ;  L’UFAL demande «l’annulation immédiate de ce colloque par l’autorité de tutelle, à savoir le Rectorat de l’académie de Créteil. », [12 mai] ; «Il en va de la solidité de la République d’annuler la tenue de ces journées d’études identitaires. », [MRC94, 11 avril].

Marine Le Pen s’en est pour sa part prise à ces journées d’études lors de son meeting du vendredi 14 avril à Perpignan en reprenant à son compte des éléments de langage du communiqué du MRC publié le mardi précédent : « Les Indigènes de la République ont carte blanche à l’ESPE de Créteil», « L’académie de Créteil organise la formation des futurs enseignants en invitant les Indigènes de la République. » Continuez la lecture

Posté dans , | | Répondre

Communiqué de la Commission Islam et Laïcité Paris, le 9 mai 2017

 

Notre camarade Abdelaziz Chaambi, membre du bureau de notre association, fait l’objet d’une inscription au fichier S des personnes recherchées parce que menaçant la « sûreté de l’Etat ». Nous protestons de la manière la plus ferme qui soit contre cette décision arbitraire, injuste et infondée, qui ne peut qu’entraîner pour lui et pour sa famille les conséquences les plus dommageables.

Il s’agit d’une décision arbitraire, issue d’une initiative administrative policière, sans aucune justification fournie, ni aucune procédure judiciaire engagée contre lui, qui plus est secrète et conduite sans qu’il en ait été informé. Il n’a pu obtenir cette information que par hasard et lors des contrôles abusifs et répétés lorsqu’il quitte le territoire. Continuez la lecture

Posté dans | | 1 Response