Communiqué de la Commission Islam et Laïcité Paris, le 9 mai 2017

 

Notre camarade Abdelaziz Chaambi, membre du bureau de notre association, fait l’objet d’une inscription au fichier S des personnes recherchées parce que menaçant la « sûreté de l’Etat ». Nous protestons de la manière la plus ferme qui soit contre cette décision arbitraire, injuste et infondée, qui ne peut qu’entraîner pour lui et pour sa famille les conséquences les plus dommageables.

Il s’agit d’une décision arbitraire, issue d’une initiative administrative policière, sans aucune justification fournie, ni aucune procédure judiciaire engagée contre lui, qui plus est secrète et conduite sans qu’il en ait été informé. Il n’a pu obtenir cette information que par hasard et lors des contrôles abusifs et répétés lorsqu’il quitte le territoire.

Il s’agit d’une décision injuste car le combat incessant d’Abdelaziz tant à Islam et Laïcité qu’au sein du CRI (Coordination contre le racisme et l’islamophobie) qu’il a co-fondée, ainsi qu’au sein du Forum Social des Quartiers Populaires ou au Collectif des Musulmans de France (dont deux membres sont reçus régulièrement par le Ministre de l’Intérieur dans le cadre du dialogue avec les acteurs musulmans), porte essentiellement sur la promotion d’une société ouverte et fraternelle, et cherche à défendre les victimes du racisme et de l’islamophobie, surtout quand elles le sont de la violence d’Etat, particulièrement les plus démunis.

Il s’agit d’une décision infondée, car les activités d’Abdelaziz ont toujours été publiques, au grand jour, et se sont toujours inscrites dans le cadre de la légalité. La seule procédure judiciaire engagée contre lui, récemment par le conseil général de l’Isère, qui s’estimait mis en cause par une de ses prises de parole, s’est retournée contre ses initiateurs qui ont été déboutés.

Cette inscription alimente à son égard et à l’égard de ses proches les soupçons et les tracasseries administratives de tous ordres. Elle porte gravement atteinte à son honneur et à l’accomplissement pacifique de son action militante, alors même que son engagement est de ceux qui peuvent tenir éloignés des esprits fragiles de toute forme de radicalisation.

Nous demandons donc avec solennité et avec détermination la radiation de cette inscription et dénonçons dans cette instrumentation d’une procédure policière dévoyée une forme de répression masquée des activités militantes de notre camarade.

 

Le bureau


Posté dans | | 1 Response

Une réponse “Communiqué de la Commission Islam et Laïcité Paris, le 9 mai 2017”

  1. Didier Bourg
    Didier Bourg
    15 mai 2017 at 10 h 11 min |

    Bonjour,
    Connaissant Abdellaziz Chaambi depuis près de vingt-cinq ans, entre autres au sein de la Commission Islam et Laïcité, mais également en l’ayant côtoyé au sein de la mouvance musulmane en France, je le soutiens pleinement et dénonce avec vous son inscription au fichier S des personnes recherchées parce que menaçant la « sûreté de l’Etat ». Jamais, au cours de ces vingt-cinq années, je ne l’ai entendu tenir quelque propos que ce soit qui pourrait justifier une telle décision sécuritaire. Il a toujours placé son combat, comme vous le soulignez avec justesse dans votre communiqué, sous l’égide de la promotion d’une société ouverte et fraternelle, et dans le cadre de la légalité.
    Vous pouvez, bien sûr, faire apparaître mon soutien et mon nom dans tout document ou prise de parole publique qui vous paraîtra opportune pour aider Abdelaziz.
    Bien fraternellement.
    Didier Bourg, journaliste er réalisateur émission « Islam » France 2

Répondre