Non à la loi sur la laïcité dans les structures privées en charge de la petite enfance

Communiqué d’Islam et Laïcité pour protester contre l’adoption le 17 janvier dernier par le Sénat d’une proposition de loi sur le « respect du principe de laïcité dans les structures privées en charge de la petite  enfance ».

PDF - 47.6 ko

Posté dans | | Répondre

Les Français musulmans sont-ils discriminés dans leur propre pays ?

Une étude expérimentale sur le marché du travail
réalisée par : Claire Adida, Stanford University
David Laitin, Stanford University
Marie-Anne Valfort, Paris I Panthéon Sorbonne

Ce texte a été publié dans le cadre du programme de professeur invité 2009-2010 organisé en
partenariat par Sciences Po et la French-American Foundation sur le thème « Egalité des
chances ». Ce programme a pour but de faire connaître en France un domaine de recherche
aujourd’hui plus développé aux États-Unis afin d’alimenter le débat public sur les
discriminations et les politiques antidiscriminatoires.

Résumé :
 
Le « Grand débat sur l’identité nationale » coïncide avec une crispation des Français à
l’égard de l’islam. Mais cette crispation a-t-elle pour objet l’ensemble des Français
musulmans ou bien seulement les Français d’origine maghrébine ? Pour formuler des
solutions adaptées, il est essentiel de répondre à cette question. Cependant, les études réalisées
à ce jour ne le permettent pas. Elles consistent en effet à mesurer la discrimination à l’égard
des Français d’origine maghrébine par rapport aux « Français de souche ». Mais que doit-on
conclure lorsque ces études détectent une discrimination à l’égard des Français d’origine
maghrébine ? Qu’ils sont discriminés à raison de leur affiliation supposée à la religion
musulmane, ou parce qu’ils sont originaires du Maghreb ? L’objectif de cette étude est de
lever l’ambiguïté. Nous comparons pour cela l’intégration économique de Français
musulmans et chrétiens originaires du même pays : le Sénégal. Nos résultats mettent au jour
une discrimination considérable à l’égard des musulmans. Un testing sur CV révèle en effet
que ces derniers ont 2,5 fois moins de chance d’obtenir un entretien d’embauche que leurs
homologues chrétiens. Une enquête montre par ailleurs que les musulmans ont un revenu
mensuel inférieur de 400 euros en moyenne à celui des chrétiens. Il se peut que cette
différence de revenu s’explique en partie par la discrimination à l’embauche dont souffrent les
musulmans.

Télécharger le document : 2009-10SciencesPo

Posté dans | | Répondre

Les tribunaux sont de plus en plus saisis de contentieux sur le port du voile

Article paru dans l’édition du 18.04.09 du journal Le Monde

Les plaintes touchent désormais aussi le monde du travail et celui des loisirs

Samia Saïd saura dans une dizaine de jours si elle peut réintégrer le cours d’anglais dont elle a été exclue en mars. Son cas a été examiné jeudi 16 avril par le juge des référés du tribunal administratif de Paris.

Le 5 mars dans la soirée, cette Française de 38 ans, titulaire d’un DEA en droit international, s’est vue refuser l’entrée du lycée public où elle suivait depuis octobre 2008 une formation d’anglais dispensée par le Greta Top Formation, spécialiste de la formation professionnelle pour adultes.

Motif invoqué par le chef d’établissement du lycée d’accueil : le voile islamique, porté par Mme Saïd depuis son inscription à cette session de formation, contrevenait à la « loi sur la laïcité ». Pour l’avocat de la plaignante, il s’agit là d’une « interprétation erronée et d’une tentative d’extension de la loi de mars 2004 sur le port de signes religieux, qui s’applique aux élèves des établissements publics ». Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre

Qu’est-ce qu’une société pluriculturelle ?

Colloque des 16 et 17 janvier 2009
Qu’est-ce qu’une société pluriculturelle ?
Institut du monde arabe
1 rue des Fossés Saint Bernard,  75005 Paris
colloque2009-IMA

Programme2009IMA

Documents audio (à venir)

 

 

Posté dans | | Répondre

L’intégrisme musulman n’est pas une fatalité

11 octobre 2007

Le radicalisme ne progresse pas en ligne droite depuis les années 1970. Une pacification reste possible.

Au tournant des années 1999-2000, un certain nombre d’ouvrages sont parus qui annonçaient la fin de l’islamisme. En France, l’un des plus marquants est celui de Gilles Kepel : Jihad, expansion et déclin de l’islamisme (Gallimard, 2000). On assiste à ce moment précis à un essoufflement de l’islamisme classique. Cette période s’achève brutalement en 2001 avec l’entrée en scène, à l’échelle mondiale, de l’organisation Al-Qaida. Se met alors en place un mode d’action qui est aujourd’hui le trait distinctif de la contestation islamiste : la violence des attentats-suicides. Les transformations survenues durant les six dernières années ont pu surprendre par leur radicalité et par leur ampleur.

Des années 1920 à la fin des années 1970, l’islamisme était demeuré marginal. Cette période est marquée par l’occidentalisation de la mouvance islamiste puis, à partir des années 1950, par l’influence des idéologies de gauche. L’année 1979 marque la mort de la gauche au Moyen-Orient : se substituant au gauchisme, l’islamisme va devenir le paradigme dominant des conflits qui agitent la région. Il s’agira désormais de faire retour vers le Coran, qui est vu comme la source authentique de toute libération. Guerre d’Afghanistan, guerre Iran-Irak, guerre civile libanaise, guerre civile en Algérie, guerre du Golfe : autant de conflits aux cours desquels l’islamisme gagne ses titres de noblesse révolutionnaire, consacrant le thème de la guerre sainte et glorifiant la figure du martyr. Continuez la lecture

Posté dans | | Répondre